Le Doron de Champagny (au 1er plan), dans lequel se jette le Ruisseau des Nants, et la face nord de l'Aiguille de l'Épéna (la plus haute falaise calcaire de France). Au fond, le versant nord de la Grande Casse (à gauche), le Col de la Glière (à droite) et la Pointe de la Grande Glière (à l'extrême droite). Vue prise en direction du sud la piste menant du Laisonnay à la Plagne, à la hauteur de la Motte.
28/09/2006
29/09/2008
28/09/2006
29/09/2008
29/09/2014
Présentation
Voici l'Épéna, la plus haute falaise calcaire de France : trois kilomètres de large et 800 mètres de haut. Nous regardons ici sa face nord depuis le lieu-dit La Glière, une face stable, sans évolution particulière. À ses pieds une aulnaie verte, une des plus grandes forêts d'aulnes verts d'Europe. Dans ce monde contrasté de la roche et des arbres, les amateurs d'escalade sont au paradis. Au centre de l'image, les alluvions du torrent se sont accumulées jusqu'à former ce que l'on appelle un cône torrentiel. En dessous, au bord du Doron, le torrent qui traverse l'image en bas, les vaches de race tarine sont dans leur élément. Cette race autochtone de la vallée de la Tarentaise, rustique et solide, à la robe rousse, est parfaitement adaptée aux rudes conditions de vie de la haute montagne. (France Harvois, 2009)
Témoignages
• Régis Ruffier-des-Aimes, maire de Champagny : L’Epéna, la plus haute falaise calcaire de France de 3 km de large avec une verticale de 800 mètres. Noter la présence de Tarines au bord du Doron. Il existe un fascicule sur le massif de l’Epéna de Pierre Chapontot. • PNV : Alexandre Garnier, Christophe Gotti, Frantz Storck : La Glière, face nord de l’Epéna. Pas d’évolution prévisible. Versant médian : aulnaie verte, une des plus grande d’Europe, qui pourrait se fermer un peu. Cône torrentiel d’alluvions naturel. (recueilli par Caroline Mollie, 2008)