Le lac asséché de la Glière, avec, de gauche à droite, l'Aiguille Noire et le col de la Croix des Frettes. Commune de Champagny-en-Vanoise.
2006 (28 septembre)
2008 (29 septembre)
2006
2008
2011
2014
2017
Présentation
Ce lac blanc, le lac de la Glière, n'est pas pris par les glaces, malgré les apparences. Il est en réalité asséché depuis le XIXe siècle. En 1818, les hommes vivent alors dans le « petit âge glaciaire », période climatique plus froide commencée à la fin du XVIe siècle en Europe occidentale et dont nous sommes en train de voir la fin : le glacier de Rosolin vient alors « lécher » le bord du lac. Des séracs, autrement dit des morceaux de glaciers détachés de la langue principale, sont alors tombés dans ses eaux, bloquant l'écoulement naturel à la sortie du lac. L'eau a fini par déborder, emportant dans sa course les séracs, la boue et les roches vers l'aval. Après cette catastrophe naturelle de 1818, le lac s'est asséché, prenant un nouvel aspect. Après la vidange, les sédiments déposés au fond de la cuvette sont alors apparus à la lumière. L'alpage historique autour du lac n'en a pas été affecté, fréquenté qu'il est depuis le… XIIIe siècle. (France Harvois, 2009)
Témoignages
• PNV : Alexandre Garnier, Christophe Gotti, Frantz Storck : Pâturages délaissées ou au contraire surpâturés en rive du lac asséché. Suivre l’évolution des pâturages. Ancien lac naturel comblé par le charriage de matériaux, à l’origine d’une catastrophe. En face, formation de séracs, rupture de la glace et inondations. Suivre les « niches d’érosion » sur le versant. (recueilli par Caroline Mollie, 2008)