Raccourci du sentier du col de la Vanoise, à l'amont du Pont du Chanton. En arrière-plan, le replat et les chalets de la Glière. À l'extrémité du replat, le refuge des Barmettes (à gauche) et la gare d'arrivée du télésiège dit "du Génépy" (à droite). Prise de vue en direction du sud-ouest, depuis le sentier du col de la Vanoise en amont du pont du Chanton.
2007 (09 juin)
2010 (01 juillet)
2007
2010
2013
2016
2019
Présentation
En redescendant depuis les 2515 mètres du Col de la Vanoise vers Pralognan-la-Vanoise, on dépasse le lac des Vaches puis on aperçoit le refuge des Barmettes et les chalets d'alpage de la Glière. Aux méandres du torrent en contrebas répondent les méandres du sentier dont le tracé découle de son passé de route de commerce. Pendant des siècles les caravanes de muletiers ont en effet convoyé le sel et le Beaufort vers le Piémont italien depuis Pralognan-la-Vanoise puis rapporté en Tarentaise des produits manufacturés ou des épices. Lourdement chargés, les mulets prenaient la pente le plus en biais possible multipliant les lacets serrés pour éviter la glissade et la chute. Aujourd'hui ce "profil" paraît trop doux et trop fastidieux à certains randonneurs qui coupent les lacets et érodent ainsi les à-côtés du vieux chemin. À leur décharge, il faut reconnaître qu'une piste profonde et large, très inconfortable et caillouteuse, a remplacé par endroits la route du sel. Une conséquence du ravinement et de l'extrême fréquentation de cet itinéraire, portion du sentier GR®5 et de l'itinéraire de la Grande Traversée des Alpes, l'un des plus fréquentés du Parc. Cette ancienne piste muletière permet aussi l'été de ravitailler en 4x4 le refuge du Col de la Vanoise, refuge historique du Club Alpin Français dans un massif fréquenté par les premiers alpinistes dès les années 1860. Le premier refuge – un simple abri – est construit au Col de la Vanoise en 1878. Une solution, à l'étude au sein du Parc national de la Vanoise, serait de recreuser le sentier originel de transport du sel et de re-végétaliser les raccourcis pour ramener les marcheurs sur la "bonne voie". (France Harvois, 2009)
Témoignages
• PNV, Alexandre Garnier, Christophe Gotti, Frantz Storck : Erosion par les raccourcis créés par les randonneurs qui ne veulent pas emprunter le chemin pas assez pentu. Le sentier de randonnée originel mériterait d’être repris pour éviter la piste. Suivre la stabilisisation et la végétalisation éventuelle des éboulis. À suivre, l’évolution-colonisation de la lande. Pâturages de génisses dans le secteur. (recueilli par Caroline Mollie, 2008)